Ateliers Philosophiques

LE PLAISIR DE PENSER LIBREMENT

Développer une pensée plus claire et plus flexible

Ces ateliers vous emmèneront dans le monde de la pensée, où vous découvrirez la beauté des idées, l’art du questionnement et la variété des points de vue à travers lesquels vous pouvez regarder le monde. En conséquence, vous aurez une pensée plus claire et plus flexible.

Inspirés de la figure et de l’enseignement du philosophe Socrate, ces ateliers sont des pratiques conviviales et ludiques pour se mettre au défi de dialoguer de manière créative avec soi-même et les autres. Très participatif et coopératif avec des règles du jeu bien établies, l’atelier est un étonnement permanent sur nos propres préjugés et une invitation à s’en libérer.

Valeurs fondamentales de l’atelier : Pratique / Authenticité / Défi

Quelques bénéfices de ce type d’atelier

Cognitif

  • Penser avec plus de souplesse et de clarté

  • Devenir plus autonome dans sa réflexion

  • Étudier les problèmes avec philosophie

  • Penser à soi et au monde d’une manière plus large et plus intéressante

  • Mieux se comprendre et mieux comprendre les autres

Psychologique

  • Augmenter sa confiance

  • Devenir plus patient avec les autres

  • Réduire l’anxiété

  • Augmenter son niveau de calme dans la vie et avec les autres

  • Développer l’empathie cognitive

  Différentes formes et types d’ateliers

Séminaires

Ils permettent de travailler les enjeux et le fonctionnement de la pratique philosophique, en tant qu’outil d’approfondissement de la pensée et de l’analyse critique. Ils sont ouverts à tous sans pré-requis d’expérience.

Ateliers enfants/adultes

De la maternelle à l’adulte, l’Institut propose des ateliers philosophiques adaptés à chaque âge.

Formation de formateurs

Destinée à former des enseignants, des animateurs et toute personne désireuse de s’initier à la pratique philosophique.

Atelier sur objets

Particulièrement utile en maternelle, il permet de vérifier le rapport entre les choses et ce que l’on dit d’elles, entre le discours et la perception des sens.

Atelier sur thème

Le thème est choisi par l’enseignant ou par l’ensemble de la classe. Une question est généralement choisie comme point de départ de la discussion.

Atelier compétence

«Pareil / pas pareil», «d’accord / pas d’accord»,  dilemmes, concepts…Cet atelier permet de travailler sur des compétences specifiques.

Atelier sur texte

Histoire, conte… qui sera raconté préalablement aux élèves. Cela permet à la fois de travailler la compréhension et la réflexion : ils devront articuler leurs choix, les argumenter et les comparer à ceux de leurs camarades.

  Organisation

  • Ateliers de 2h avec 80% de pratique

  • Il est possible d’assister à un seul atelier, chaque atelier étant autonome

  • Utilisation comme base de travail d’une histoire, une antinomie, une question, une peinture, un extrait de film, une musique, une situation…

  • Aucune connaissance préalable n’est requise

  • Chacun repartira avec des fiches-outils sur une compétence philosophique abordée durant l’atelier et des propositions d’exercices à réaliser chez-soi

  • Ils peuvent être programmées à la séance, de manière hebdomadaire en mensuelle.

  • Possibilité d’un WE ou une semaine plus intensive.

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Travail d’une compétence philosophique spécifique par atelier

  • Utilisation comme base de travail d’une histoire, une antinomie, une question, une peinture, un extrait de film, une musique, une situation…

Ateliers 1 et 2 : Argumentation

Capacité à justifier ses idées, à examiner le processus de réflexion des autres. Vous pouvez avoir une idée brillante sur quelque chose, mais sans argument, il est difficile de la justifier. L’argumentation vous apprend à voir les relations de cause à effet et à communiquer vos pensées à d’autres personnes.

Ateliers 3 et 4 : Interprétation

Voir différentes significations derrière les mots de quelqu’un, être capable de voir une situation ou une personne sous plusieurs angles, observer un problème à différents niveaux et le nommer, trouver des façons créatives de comprendre un texte.

Ateliers 5 et 6 : Questionnement

Poser des questions claires et précises. Reconnaître les problèmes dans les questions, connaître les différents types de questions. Transformer son idée en une question est un art. Quelqu’un qui sait poser des questions est un maître du dialogue.

Ateliers 7 et 8 : Conceptualisation

Nommer un phénomène ou un comportement. Extraire la substance d’un texte. Cette compétence permet de clarifier le discours, de souligner l’essence et de structurer ses pensées.

Ateliers 9 et 10 : Problématisation

Toute déclaration ou question a des limites. Voir ces limites, c’est être conscient d’une idée. Plus la capacité à problématiser est bonne, plus la créativité est élevée. Cela implique d’apprendre à formuler des objections et des questions. Et développer l’esprit critique.

Ateliers 11 et 12 : Présuppositions

Identifier ce qui se cache derrière un discours, une question, un comportement. Mieux se comprendre et comprendre les autres.

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Mise en œuvre des compétences de manière non spécifique à chaque atelier

  • 6 types d’ateliers aux choix et en alternance sur un(e): texte philosophique, alternative ou dilemme, questionnement mutuel, affirmation, question ou conte philosophique.

En résumé:

À partir du texte d’un philosophe distribué à tous et lu à haute voix, rédiger l’essentiel du texte, en une phrase courte et synthétique. Souligner dans le texte les phrases qui argumentent la phrase de synthèse proposée. On choisira de préférence un texte philosophique d’un auteur connu, contenant un problème, un concept, une définition qui peut intéresser un vaste public. Le texte ne doit être ni trop court ni trop long (un tiers ou quart de page environ).

Finalité de l’atelier :

Apprendre à sortir les idées essentielles d’un texte philosophique et travailler la clarté et la précision des idées. Se réconcilier avec la difficulté d’un texte philosophique en retrouvant confiance dans ses possibilités de compréhension d’un texte même difficile. S’approprier la pensée des philosophes pour la rendre plus proche.

Quelques exemples de textes à étudier dans cet atelier

La raison est-elle facteur de liberté ?
Kant : Qu’est-ce que les Lumières ? (1784), trad. J.-F. Poirier et Fr. Proust, GF-Flammarion, 1991, pp.43-44

La raison se résume-t-elle à des arguments ?
Schopenhauer : L’Art d’avoir toujours raison (1864), trad. D.Miermont, Mille et une nuits, Arthème Fayard, 2000, pp. 7-9

L’argument d’autorité est-il conforme à la raison ?
Descartes : Règles pour la direction de l’esprit (1628), trad. J. Sirven, Vrin, 1970, pp. 11-13

La morale est-elle un produit de la raison ?
Bergson : Les Deux Sources de la morale et de la religion(1932), «Quadrige», PUF, 2000, pp. 86-88

La raison oppose-t-elle les hommes plus que les sens ?
Spinoza : Traité de l’autorité politique (1677), in Œuvres Complètes, trad. M. Francès, La Pléiade, Gallimard, 1954, pp. 920-921

La raison provient-elle de l’expérience sensible ?
Leibniz : Nouveaux Essais sur l’entendement humain (1703), Préface, GF-Flammarion, 1990, pp. 34-35

Faut-il opposer raisonner et agir ?
Epictète : Manuel (130 ap.J.-C.), in Les Stoïciens, trad. J. Pépin, La Pléiade, Gallimard, 1962, pp. 1130-1131

La saisie du beau peut-elle se passer de la raison ?
Platon : Phèdre (Ive siècle av. J.-C.), trad. E.Chambry, GF-Flammarion, 1992, pp. 147-148

L’art doit-il nous rendre heureux ?
Aristote : La Politique (Ive siècle av. J.-C.), livre VIII, chap. 3, trad. Tricot, Vrin, 1982, pp. 557-560

La technique, asservissement ou libération ?
Lévinas : Difficile Liberté (1963), Le livre de poche, Albin Michel, 1984, pp. 323-324

Toute société engendre-t-elle le conformisme ?
Arendt : Condition de l’homme moderne (1958), trad. G. Fradier, Calmann-Lévy, 1983, pp. 79-81

Etre libre, est-ce faire ce que nous voulons ?
Hobbes : Léviathan (1651), trad. F. Tricaud, Bibliothèque Dalloz, 1999, pp. 55-56

La liberté est-elle un état d’esprit ?
Marc Aurèle : Pensées (IIe siècle ap. J.-C.) in Les Stoïciens, trad. J. Pépin, La Pléiade, Gallimard, 1962, pp. 1159-1160

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Mise en œuvre des compétences de manière non spécifique à chaque atelier

  • 6 types d’ateliers aux choix et en alternance sur un(e): texte philosophique, alternative ou dilemme, questionnement mutuel, affirmation, question ou conte philosophique.

À partir d’une question sous forme d’alternative ou dilemme, choisir une des possibilités de l’alternative et argumenter.

Finalité de l’atelier :

Apprendre à faire un choix entre deux propositions et argumenter son choix. Accepter la remise en cause de son choix et accepter de voir ses arguments critiqués par les autres. S’interroger davantage sur la pertinence de la pensée que sur le sujet même du dialogue. Il faut lâcher prise sur le fait d’avoir des réponses rapides aux questions posées.

Quelques exemples de thèmes à étudier dans cet atelier

Vivre, c’est faire face à de nombreux dilemmes, à de nombreux choix qui nous engagent. L’exigence de la décision, liée à la nécessité de l’action, nous oblige à trancher, même si souvent nous préfèrerions ne pas avoir à le faire. Ces prises de décision se présentent parfois de façon dramatique, parfois de façon plus simple, selon les implications, les conséquences et l’urgence de la situation. C’est pourquoi il est utile de s’entraîner à la prise de décision. Ces jugements pourront être présentés par l’animateur comme des jugements provisoires, non absolus, afin de faciliter l’exercice.

• Sauver votre propre vie ou celle de quelqu’un d’autre ?
• Obéir à la loi ou décider par vous-mêmes ?
• Accomplir quelque chose ou prendre le temps de vivre ?
• Combattre la vieillesse ou l’accepter ?
• Suivre la morale ou ses propres désirs ?
• Rester soi-même ou vouloir se transformer ?

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Mise en œuvre des compétences de manière non spécifique à chaque atelier

  • 6 types d’ateliers aux choix et en alternance sur un(e): texte philosophique, alternative ou dilemme, questionnement mutuel, affirmation, question ou conte philosophique.

À partir d’une question de réflexion ouverte, proposer une réponse sous forme d’hypothèse de la manière la plus claire et précise possible. Cette hypothèse est ensuite discutée par les participants.

Finalité de l’atelier :

Travailler de manière spécifique sur le questionnement comme moteur de l’élaboration d’idées. Prendre de la distance par rapport à ses idées. Approfondir des hypothèses de pensée qui ne sont pas les siennes. S’entraîner à poser de vraies questions et non à énoncer des affirmations déguisées.

Quelques exemples de thèmes à étudier dans cet atelier

Le questionnement mutuel est un exercice aux multiples variantes, dont le but est de s’entraîner à questionner et à développer des idées. Ici, le questionnement réciproque est le moteur de l’élaboration des idées. Il consiste à creuser en commun une question donnée, en proposant des réponses sous forme d’hypothèses, en les développant ou en les modifiant grâce à des interrogations pertinentes, et en comparant ces diverses réponses pour en extraire les enjeux essentiels.

• La violence a-t-elle besoin de victimes ?
• Les mots peuvent-ils changer la vie ?
• Suffit-il de voir pour savoir ?
• L’art peut-il mourir ?
• Le progrès est-il nécessaire ?
• Est-il moral d’être heureux en période de crise ? Y-a-t-il une vérité absolue ?
• La raison nous coupe-t-elle de la vie ?
• Peut-on construire une amitié ?

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Mise en œuvre des compétences de manière non spécifique à chaque atelier

  • 6 types d’ateliers aux choix et en alternance sur un(e): texte philosophique, alternative ou dilemme, questionnement mutuel, affirmation, question ou conte philosophique.

Cet atelier invite chaque participant à écrire une affirmation qui semble incontestable, vraie, fondamentale et non négociable, puis à examiner ces affirmations, trouver des objections, développer des arguments et découvrir une problématique.

Finalité de l’atelier

Apprendre à penser l’impensable et poser une problématique.Il oblige à se décentrer pour entendre et comprendre des objections à ses propres certitudes et permet de découvrir des perspectives nouvelles et insoupçonnées.

Quelques exemples de thèmes à étudier dans cet atelier

Notre pensée utilise naturellement de nombreuses affirmations que nous exprimons souvent de manière catégorique, en particulier dans le domaine de l’éthique. Ces opinions sont parfois utiles, voire nécessaires mais elles représentent le danger d’une pensée rigide, qui ne connaît plus l’exception ou les cas particuliers. C’est pourquoi il est indispensable d’apprendre à problématiser afin de se prémunir contre la rigidité et l’intolérance. Voici diverses propositions affirmatives ou injonctions morales relativement courantes. L’exercice consiste à les examiner, déterminer pourquoi ou dans quelle mesure elles peuvent être refusées, en produisant des arguments, des preuves ou des exemples concrets.

• Les garçons sont plus forts que les filles
• Il faut toujours suivre les règles
• Il faut travailler pour gagner sa vie
• Il ne faut jamais se moquer
• Il ne faut pas exagérer
• Les gens sont toujours gentils
• Les enfants en savent moins que les adultes Il ne faut pas critiquer ses camarades

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Mise en œuvre des compétences de manière non spécifique à chaque atelier

  • 6 types d’ateliers aux choix et en alternance sur un(e): texte philosophique, alternative ou dilemme, questionnement mutuel, affirmation, question ou conte philosophique.

Finalité de l’atelier

Prendre de la distance par rapport à ses idées. Approfondir des hypothèses de pensée qui ne sont pas les siennes. Argumenter et illustrer sa pensée. Apprendre à maîtriser sa parole. Prendre le temps de réfléchir avant de répondre. Écouter et respecter la parole d’autrui.

Quelques exemples de thèmes à étudier dans cet atelier

• La justice est-elle toujours la loi du plus fort ?
• Est-il toujours nécessaire d’aider les autres ?
• La liberté exige-t-elle du courage ?
• Est-il utile de penser à la mort ?
• Peut-on se fier à l’expérience ?
• Y a-t-il une violence légitime ?
• L’imagination a-t-elle un pouvoir ?

  • De 6 à 12 ateliers de 2h avec 80% de pratique.

  • Mise en œuvre des compétences de manière non spécifique à chaque atelier

  • 6 types d’ateliers aux choix et en alternance sur un(e): texte philosophique, alternative ou dilemme, questionnement mutuel, affirmation, question ou conte philosophique.

À partir du texte d’un conte distribué à tous, chacun le lit en silence, puis rédige deux questions : une première question qui porte sur le texte lui-même, et une seconde question sur un problème général qui ne porte pas sur le texte mais qui émerge du texte.

Finalité de l’atelier

Apprendre à approfondir la signification d’un conte, élargir ses perceptions, voir l’enjeu philosophique d’un conte même connu. Approfondir la notion d’interprétation d’un texte. Travailler la pensée de manière ludique.

Quelques exemples de thèmes à étudier dans cet atelier

Cet exercice permet d’approfondir la signification d’un conte que l’on croit connu, d’élargir ses perceptions de manière ludique, et de travailler le passage d’une compréhension intellectuelle à une approche plus symbolique d’un texte. Les contes sont innombrables. Nous ne citons ci-dessous que quelques contes parmi les plus connus des frères Grimm ou de Charles Perrault :

• Le Chat botté (Perrault)
• Cendrillon (Perrault ou Grimm)
• Le Petit Chaperon rouge (Grimm)
• Les Musiciens de la fanfare de Brême (Grimm) L’Esprit dans la Bouteille (Grimm)
• Le Vaillant Petit Tailleur (Grimm)
• Peau d’âne (Grimm)
• L’Homme à la peau d’ours (Grimm)
• Les Trois plumes (Grimm)